MENU

Portrait de joueur : Jason « John Cena » Houde


Voici le cinquième portrait de joueur de l’édition 2013-2014 du Phœnix de Sherbrooke. Un portrait de joueur paraîtra chaque mercredi :


Jason Houde, originaire de Sainte-Julie sur la Rive-Sud de Montréal, est un nouveau venu chez le Phœnix de Sherbrooke cette année. L’attaquant de 20 ans, qui peut jouer autant à l’aile gauche qu’à l’aile droite, est surnommé « John Cena » par le défenseur Mathieu Laverdure.


Quelles langues parles-tu ? Je parle français et anglais.


Combien as-tu de frères et de sœurs ? J’ai un frère de 24 ans.


Pratiques-tu d’autres sports que le hockey ? Oui, je joue au golf et lorsque j’étais jeune je jouais au soccer.


Où es-tu rendu à l’école et quel métier veux-tu faire plus tard ? J’aimerais devenir policier donc je prévois m’inscrire en technique policière prochainement.


Qui est ton idole dans la vie de tous les jours ? Maurice Richard. C’est drôle à dire parce que je ne l’ai jamais connu, mais à l’école j’ai toujours fait des projets sur lui et je le connais assez bien même si je ne l’ai jamais vu jouer. J’aime aussi le type de personne qu’il était à l’extérieur de la patinoire.


Et toi, quel type de personne es-tu à l’extérieur de la patinoire ? Je suis quelqu’un de tranquille, qui ne se « stresse » pas pour rien. D’ailleurs, je me fais toujours dire que je ne suis pas assez « stressé »!


Racontes-nous une anecdote qui t’es arrivé au hockey ou dans ta vie : À ma première année dans la Ligue de Hockey Junior Majeur du Québec, avec les Huskies de Rouyn-Noranda, nous faisions toujours des longs voyages lorsqu’il y avait des matchs à l’extérieur. Un matin, avant de partir pour Gatineau, nous avions mis nos bagages dans l’autobus et nous étions parti nous chercher quelque chose à manger.


Une autre recrue est embarquée avec moi et nous sommes allés au Tim Hortons avant de rejoindre les autres joueurs dans l’autobus. Quand nous sommes revenus du Tim Hortons, nous sommes allés nous stationner rapidement, car nous étions les derniers arrivés à l’autobus. Aussitôt que les entraîneurs nous ont vus, ils sont partis en autobus sans nous. Nous avons donc suivi l’autobus avec ma voiture jusqu’à ce qu’elle s’arrête à une lumière. À ce moment-là, je me disais que je ne pourrais pas me rendre à Gatineau sans faire le plein d’essence. Il y avait une station d’essence juste à côté de la lumière, où l’autobus attendait, donc je m’y suis arrêté.


Dans l’autobus, tous les joueurs nous regardaient à la station d’essence. La recrue, avec qui j’étais, en a profité pour appeler l’entraîneur et lui demander ce qu’on allait faire. Il nous a répondu que nous devions nous rendre à Gatineau en voiture. Nous sommes donc partis dans ma voiture vers Gatineau. Je pense que les entraîneurs et les autres joueurs ne pensaient pas que nous allions vraiment le faire, parce que seulement une demi-heure après, l’entraîneur nous a appelé et nous a dit qu’ils allaient nous embarquer au Wal-Mart de Val-d’Or.


Finalement, nous sommes embarqués dans l’autobus, mais en revenant à Rouyn-Noranda, tout de suite après le match, l’autre recrue et moi avons dû nous arrêter à Val-d’Or et retourner à Rouyn-Noranda en plein milieu de la nuit. Le match suivant, l’entraîneur ne nous a pas fait jouer pour nous punir parce que nous étions arrivés en retard à l’autobus avant le voyage vers Gatineau.


À quel âge as-tu commencé à jouer au hockey ? J’ai commencé vers 4-5 ans à faire du patinage de vitesse, puis, j’ai commencé à jouer au hockey à l’âge de 6 ans.


As-tu déjà joué à une autre position qu’attaquant ? Oui, j’ai été défenseur dans la catégorie Bantam et j’ai joué 25 matchs, aussi comme défenseur, avec les Huskies de Rouyn-Noranda à mes 18 ans.


Avec quelles équipes de hockey as-tu joué depuis la catégorie Midget ? Dans leMidget Espoir, j’ai joué avec les Grands Ducs de Mortagne et dans le Midget AAA, j’ai joué avec les Gaulois du Collège Antoine-Girouard. Dans la Ligue Junior Majeur du Québec, j’ai joué avec les Huskies de Rouyn-Noranda, à l’âge de 17 et 18 ans, avec les remparts à l’âge de 19 ans, et je suis maintenant avec le Phœnix de Sherbrooke.


Comment te décrirais-tu en tant que joueur ? Je me considère comme un attaquant de puissance, qui est bon défensivement. Éventuellement, j’aimerais être considéré comme un joueur qui est bon dans les deux sens de la patinoire!


De quel joueur de la Ligue Nationale de Hockey t’inspires-tu le plus : Max Pacioretty est mon joueur préféré et c’est pour cette raison que je porte le numéro 67. Par contre, le joueur dont je m’inspire vraiment est Jordan Staal parce qu’il excelle dans les deux sens de la patinoire.


Es-tu superstitieux ? Si oui, quelles sont tes superstitions ? Oui, avant d’embarquer sur la glace, je fais un signe de croix.


Quelle est ta plus belle saison de hockey et pourquoi ? Je dirais Bantam AA parce que nous avons vraiment eu une belle saison et que nous avons réussi à battre la meilleure équipe au Québec, en série, alors que nous avions une bonne équipe, mais pas à tout casser. En plus de ma saison dans le Bantam AA, je dirais mes saisons dans le Midget espoir et dans le Midget AAA parce que nous avons gagné en finale lors de ces trois saisons.


Quel est ton plus beau moment dans ta jeune carrière : Mon plus beau moment, jusqu’à maintenant, est lorsque j’ai marqué mon premier but à Québec, au Colisée Pepsi, devant une foule très impressionnante.


As-tu déjà été le coéquipier d’un joueur qui joue présentement ou qui a joué dans la Ligue Nationale de Hockey : L’année dernière, j’ai joué avec Mikhail Grigorenko, qui est maintenant avec les Sabres de Buffalo et qui est un de mes bons amis.


Avec quelle équipe de la Ligue Nationale de Hockey te verrais-tu jouer ? Une fois rendu dans la Ligue Nationale de Hockey, je n’aurais pas vraiment de préférence.


Est-ce qu’il y a une équipe dans la Ligue Nationale de Hockey que tu regardes plus souvent jouer : Les Canadiens de Montréal un peu plus, mais je regarde toutes les équipes en général.


T’attendais-tu à être échangé cette année ? Oui je m’y attendais vraiment parce qu’avec les Remparts de Québec je remplaçais un joueur de 20 ans qui était blessé et j’avais beaucoup parlé avec Philippe Boucher, le directeur-gérant de l’équipe, qui me disait qu’il y avait des négociations avec plusieurs équipes. Au début, nous attendions que le joueur de 20 ans revienne au jeu avant que je sois échangé, mais c’était vraiment long. J’attendais depuis 1 mois donc j’ai demandé au directeur-gérant de faire quelque chose et j’ai été échangé pratiquement au même moment. J’étais content d’être échangé parce que je savais qu’avec le Phœnix de Sherbrooke je me retrouverais avec un poste régulier.


Est-ce que c’était la première fois que tu étais échangé ? Non, j’ai été échangé des Huskies de Rouyn-Noranda aux Remparts de Québec. Cette fois-là, je ne m’y attendais vraiment pas parce que j’ai été échangé à la fin du camp d’entraînement et il restait encore un mois avant que la saison commence.


plus de nouvelles
Politique de remboursement pour abonnés du service LHJMQ En Direct
Il y a 5 jours
L'item vedette : la casquette noire camouflage
Il y a 1 semaine
Bonne fête à Jean-Christophe Poulin !
il y a 2 semaines
Les parties des divisions Est et Ouest reportées jusqu’au 28 octobre
il y a 2 semaines
Déclaration du Commissaire de la LHJMQ Gilles Courteau
il y a 3 semaines
Éclosion de COVID-19 chez le Phœnix
il y a 3 semaines