MENU
Un match inoubliable pour Brendan Cregan!

Jouer un premier match dans la LHJMQ face à une équipe qui n’a perdu que trois fois en temps réglementaire en treize parties à domicile, ce n’est évidemment pas le scénario idéal pour un gardien de but. C’est pourtant le défi auquel était confronté Brendan Cregan, mercredi soir à Chicoutimi, alors qu’il a permis au Phoenix de freiner une séquence de dix défaites consécutives sur la route et vaincre les Saguenéens sur leur patinoire pour seulement la deuxième fois de son histoire.

Au lendemain de cette belle victoire, l’homme masqué flottait encore sur un nuage. S’il ne s’attribuait pas de pression inutile avant de sauter sur la glace du Centre Georges-Vézina, Brendan voulait simplement connaître un bon début et donner une chance à son équipe de gagner. Force est d’admettre qu’il a atteint son objectif.

«L’important, c’était de profiter de cette opportunité, de travailler fort et de garder mon équipe dans le match. On a marqué assez tôt et ça m’a permis d’être confortable. Je sentais dans la chambre que les gars étaient déterminés à arrêter cette série de défaites. Ils m’ont rapidement fait sentir bienvenu dans l’équipe et l’ambiance était bonne malgré ce qu’on aurait pu croire. L’énergie était bonne et les gars ont démontré beaucoup de caractère. Ils n’étaient pas découragés de leurs derniers matchs, au contraire, on voyait qu’ils cherchaient des solutions et non des excuses. C’était aussi bien de pouvoir renouer avec mon bon ami Brock McLeod, avec qui je jouais l’an dernier à Dartmouth», raconte-t-il.

Le portier a d’ailleurs été impressionné par le niveau de jeu de la LHJMQ, et par le professionnalisme dont font preuve ses coéquipiers. Une séquence en particulier de ce match a retenu son attention.

«Le niveau de compétition est peu comparable à ce que j’ai expérimenté par le passé. Les joueurs sont sérieux, ils ont une éthique de travail extraordinaire et énormément de talent. Ils se sacrifient corps et âme, et n’ont pas hésité à se jeter devant des lancers pour m’aider. Je repense au deuxième but de Yaro (Alexeyev), qui s’est moqué de deux ou trois adversaires avant de marquer d’une feinte extraordinaire… Wow, quel but c’était!»

Cregan célébrera ses 19 ans dans tout juste un mois. Si bien des gardiens auraient perdu espoir de jouer leur premier match au hockey junior majeur bien avant cet âge, ce dernier n’a jamais renoncé à travailler et faire des sacrifices afin de parvenir à ses fins. C’est donc l’aboutissement d’un long processus pour le jeune homme de Halifax.

«Pour la plupart des hockeyeurs, jouer dans la LHJMQ est l’objectif ultime. Quand j’étais plus jeune, j’allais souvent aux matchs des Mooseheads avec mon père et je souviens que j’étais très impressionné par le calibre de jeu, et j’espérais un jour pouvoir m’y rendre. Dimanche dernier en fin de journée, Jocelyn Thibault m’a téléphoné pour m’expliquer que Fitzpatrick et Blanchette étaient tous deux blessés et qu’ils avaient besoin de moi sur la route. Il m’a expliqué les détails de mon vol et m’a confié que je jouerais au moins un match cette semaine avant de retourner chez moi pour la fin de semaine. Je suis chanceux car j’étais sur le point de partir pour une pratique d’équipe alors s’il avait attendu quelques minutes de plus, j’aurais probablement été au volant et comme je n’aurais pas pu répondre, peut-être qu’il aurait appelé un autre gardien!» rigole le fils de parents québécois.

Jamais repêché, Cregan a été acquis par les Huskies en tant que joueur autonome. Dès son arrivée au camp à Rouyn, il savait très bien que ses chances de faire sa place avec une telle formation à cet âge, tout en ne comptant aucune expérience dans cette ligue, étaient presque nulles. La transaction l’envoyant à Sherbrooke en retour de Poirier-Turcot a donc été bien accueillie par toute la famille.

«J’aimais beaucoup l’organisation mais je savais que c’était mission impossible là-bas. J’ai fait de mon mieux et j’ai connu un excellent camp, selon les coachs, mais ils ont préféré y aller avec un joueur qui connaît mieux le tabac de la “Q”. Quand ils m’ont échangé j’étais évidemment déçu car je voulais vraiment percer avec les Huskies mais je savais que le Phoenix est une belle organisation compte sur des hommes de hockey sérieux et reconnus, et en plus je me retrouvais dans la même équipe que Brock, qui n’avait d’ailleurs que de bonnes choses à dire de l’équipe. Ma mère vient de Verdun et mon père de Hudson, donc j’ai de la famille pas trop loin de Sherbrooke alors c’est génial.»

Ce qui a joué contre lui, c’est que le processus de sélection était déjà trop avancé et que les deux gardiens, Blanchette et Fitzpatrick, avaient déjà décroché leur poste au sein de la formation.

«Je n’ai pas eu le temps de venir à Sherbrooke pour faire mes preuves, mais je sentais que j’aurais éventuellement une chance de le faire. C’est finalement arrivé avec ce match contre Chicoutimi, et je savais que l’équipe avait de la difficulté sur la route mais je ne m’en préoccupais pas. Je voulais juste prouver ce que je peux faire et si je pouvais enlever ce poids des épaules de l’équipe en gagnant le match, ce serait simplement la cerise sur le sundae!», détaille-t-il.

Brendan s’en retourne donc chez lui avec le sentiment du devoir accompli. Son attention sera maintenant portée sur les Mariners de Yarmouth, son équipe au niveau Junior A. Même s’il n’a reçu aucune promesse de rappel, il est optimiste pour la suite des choses.

«Je suis fier de ce que j’ai réussi et c’est certain que ça me donne beaucoup de confiance pour la suite des choses. Évidemment je vais garder en tête mon but de revenir et faire ma place, mais je dois rester concentré sur le moment présent et continuer de m’améliorer. J’ai quand même accordé trois buts, je ne suis pas parfait et je dois travailler sur quelques aspects de mon jeu. Je suis très reconnaissant pour la chance qui m’a été offerte mais ça m’a donné envie d’en avoir plus lorsque la situation se représentera. Je serais plus qu’heureux d’avoir à reporter ce chandail, c’est une sensation inégalable», insiste Cregan.

 

Crédit Photo: Saguenéens de Chicoutimi

plus de nouvelles
Fermeture du bureau administratif et de la boutique
Il y a 45 minutes
Suivez le Phœnix grâce aux voyages sportifs !
Il y a 2 jours
Le Phœnix tient son nouvel entraîneur des gardiens !
Il y a 7 jours
Le Défi Repêchage, un recrutement payant !
Il y a 1 semaine
Luke Green plus affamé que jamais
Il y a 1 semaine
Avis aux abonné(e)s
Il y a 1 semaine