MENU
«Mon père m’a aidé à marquer ce but» – Yaroslav Alexeyev

La bande de Stéphane Julien a connu un bon début de match, prenant les devants à deux reprises en première, mais son indiscipline combinée à l’opportunisme des visiteurs lui aura donné un retard de deux buts jusqu’en fin de troisième. Cependant, le Phoenix a sorti un lapin de son chapeau et Yaroslav Alexeyev a réalisé l’invraisemblable pour permettre aux Oiseaux de récolter une deuxième victoire consécutive par la marque de 6-5.

Le trio de Nicolas Roy a une fois de plus mené la charge pour le Phoenix. Profitant d’une belle remise de Kevin Gilbert, le #11 a enfilé l’aiguille pour son sixième de la campagne. Benjamin Tardif récoltait le troisième point.

Les Tigres ont répliqué peu après ce but. Profitant d’une gaffe de Donaghey, Austin Eastman n’a pas raté l’opportunité de déjouer Evan Fitzpatrick d’un lancer précis pour faire 1-1.

L’avance ne durera toutefois qu’un bref instant, le temps que Jason Imbeault ne complète le jeu de Nicolas Poulin pour surprendre James Povall d’un lancer du côté éloigné.

N’ayant lancé que neuf fois en première, les Tigres ont pris d’assaut la cage de Fitz en deuxième, menaçant à 15 reprises. Eastman et Comtois ont capitalisé sur des jeux de puissance alors qu’entre-temps, Hugo Roy marquait son premier but après sept matchs sans succès.

Bradley Lalonde a profité de l’indiscipline du Phoenix pour marquer sur un double avantage numérique en troisième, puis Alexandre Goulet a mis le match hors de portée en perçant la défensive avant de battre Fitzpatrick pour inscrire son 30e. 5-3 Tigres.

«Le point tournant du match, c’était là. On était flat en début de 3e, et on a été indisciplinés», a reconnu le coach

Les Tigres ont levé le pied en fin de match, ce qui a ouvert la porte au Phoenix. Cody Donaghey a marqué sur un jeu de puissance avec 1:05 à faire, puis Hugo Roy a forcé la tenue d’une prolongation avec son 29e, marqué avec 6,7 secondes restantes en réglementaire.

Le scénario hollywoodien s’est ensuite réalisé. Yaroslav Alexeyev, fraîchement revenu de Russie pour assister aux funérailles de son père, a forcé un revirement pour se sauver et battre Povall d’une habile manoeuvre et remporter le match. Rarement a-t-on vu des joueurs se diriger vers leur coéquipier avec une telle vitesse.

«Mon père a été malade pendant trois ans. Nous étions vraiment proche tous les deux, c’était très émotif. Il m’a aidé à marquer ce but, j’ai regardé vers le ciel pour le remercier», a traduit Yaroslav Alexeyev, toujours sous l’effet de l’adrénaline.

Le Phoenix visera un troisième gain de suite, ce vendredi face aux Olympiques.

plus de nouvelles
Communiqué officiel : Stéphane Julien sera coach-adjoint de l'équipe nationale - de 18.
Il y a 2 jours
Shaw Direct donne vie aux rêves les plus fous !
Il y a 4 jours
5 à 7 de fin de saison
Il y a 4 jours
Le Phoenix éliminé à Québec
Il y a 6 jours
Défaite pénible du Phoenix à Shawinigan
Il y a 7 jours
Une défaite frustrante pour le Phoenix
Il y a 1 semaine